Les matériels de lecture qu’on utilise en I ère année de l’école


Autor: prof. înv. primar Ene Georgiana
Școala Gimnazială Nr. 54, Sector 3

A la fin de l’apprentissage des lettres, l’élève devient capable d’identifier les mots qu’il sait ou non prononcer et d’en découvrir la prononciation par lui-même, de lire des histoires simples, et d’apprendre sans difficultés des concepts nouveaux. Il commence par s’aider d’indices contextuels, en cherchant dans l’histoire des éléments qui lui permettent de deviner la signification de certains mots ou idées qui lui sont inconnus. Il convient de mettre à sa disposition des matériels très variés.
L’élève doit être en effet capable de déchiffrer des textes divers, tels que guides de voyage, textes illustrés, timbres du monde entier ou instructions de lavage sur les étiquettes des vêtements. Il est donc très important de veiller à ce que les matériels de lecture, tout en étant en rapport avec les leçons, incitent l’élève à progresser, et reflètent son image de soi (en lui donnant des raisons d’être fier de lui) et ses centres d’intérêt.
-Timbres postaux nationaux et, si possible, de différents pays du monde.
-Panneaux de signalisation présents dans l’environnement
-Journaux (choisis avec discernement)
-Mots croisés et autres jeux de réflexion
-Étiquettes de vêtement portant des instructions de lavage(par exemple « laver à l’eau froide »)ou indiquant la composition du tissu (par exemple « coton »).
Entre autres matériels de lecture, il est possible d’utiliser à ce stade des jeux de réflexion, des emballages de produits alimentaires, des devinettes, des saynètes, des journaux (choisis avec discernement), des bandes dessinées, des dessins, des images et des publications des-tinées aux enfants.
L’enseignant peut aussi prendre en note des histoires racontées par les enfants puis, après mise en forme, leur en distribuer le texte pour utilisation comme matériel de lecture. Pour faciliter son choix de matériels et d’activités aptes à retenir l’attention des enfants, il pourra dresser la liste de leurs centres d’intérêt (Irwin, 1967).
À cette fin, il distribuera aux élèves un petit questionnaire leur demandant ce qu’ils aiment faire et quelles sont les activités auxquelles ils prennent part à l’école (pratiquer un sport, par exemple, ou jouer avec leurs camarades, faire de la musique, discuter avec des amis, ramener les animaux des champs etc.).
Il faut aussi chercher à savoir ce qu’ils souhaiteraient apprendre, à l’école et à l’extérieur. L’enseignant sera alors mieux à même de sélectionner des matériels qui plaisent aux enfants et de s’appuyer sur leurs centres d’intérêt pour leur faire découvrir de nouvelles idées et de nouveaux centres d’intérêt.
Le temps nécessaire à un enfant pour franchir ces premières étapes dépend de son degré de préparation et d’autres facteurs internes et externes. En général, il faut compter trois à cinq ans, à condition que l’enfant soit prêt à assimiler des connaissances nouvelles et que l’enseignement lui soit dispensé dans sa langue maternelle.
Dans le cas contraire, l’apprentissage sera peut-être plus long, car l’enfant devra ac-quérir une deuxième langue en même temps qu’il apprend à lire dans cette langue.
Il est toutefois préférable, nous l’avons vu, que l’école reporte alors les premiers pas dans l’apprentissage de la lecture à la deuxième année du cycle primaire. (fragment)

Reclame