Etude de spécialité – Creer un monde linguistique a partir d’un mot


Autor: prof. Păun Mihaela
Colegiul Tehnic „Armand Călinescu”, Pitești

Toute langue naturelle possède un système grammatical qui la particularise, représenté par les différentes lois syntaxiques, dont la bonne maîtrise mènerait tout locuteur à réussir la pratique discursive. Le but de notre étude est, parmi d’autres, de montrer comment cet élément, „comme”, trouve sa place dans le cadre de ce grand système de la langue française. L’analyse du connecteur „comme”, des relateurs en général, malgré le fait qu’ils ont un rôle très important tant au niveau de la phrase, qu’elle soit simple ou complexe, tant au niveau du discours, est, malheureusement, négligée à l’école.
On ne trouve ces éléments de phrase que très peu mentionnés dans les manuels scolaires lorsqu’on enseigne aux élèves les différents types de phrases. C’est pour cela qu’on trouve qu’une analyse plus approfondie des connecteurs et surtout du connecteur „comme”, ce petit mot mais ayant de si riches valences, s’impose.

„Comme” peut avoir, dans les phrases complexes, plusieurs valeurs; il peut introduire une proposition exclamative indirecte, une proposition temporelle, causale, comparative. En ce qui suit, on va s’arrêter sur chacune de ces valeurs.
„Comme” dans les propositions exclamatives indirectes / interrogatives indirectes:
Il peut introduire, à côté d’autres relateurs (quel, combien, ce que) une proposition exclamative indirecte qui est, en effet, toujours une complétive et qui a une structure pareille à l’interrogation indirecte.
Ex: „Tu ne sais pas comme je t’aime ! ”
Teodora Cristea, lorsqu’elle parle de la proposition dite interrogative indirecte, place ” comme ” parmi les mots interrogatifs, avec combien, quand, comment.
Tu sais comme elle est. (S. de Beauvoir) ”
Quand l’interrogation est partielle, on recourt aux mots introducteurs de l’interrogation directe. On range toujours parmi les interrogatives indirectes les complétives de forme interrogative ou exclamative, régies par un verbe tel : croire, dire, penser, savoir, trouver, etc. …. Un des mots qui introduisent ce type de proposition est ” comme „.
Ex : „Si tu savais comme j’ai été dépaysé. ( J. Decrest) ”
„Comme ” dans les subordonnées circonstancielles temporelles:
Entre les propositions circonstancielles de temps et la proposition principale s’établissent des rapports de simultanéité, d’antériorité et de postériorité et celui qui nous intéresse est le rapport de simultanéité. Lorsque les actions sont simultanées, les conjonctions qui introduisent une temporelle sont: quand, lorsque, pendant que, depuis que, tandis que et, évidemment, comme. Marcel Saras remarque que ” après comme, le verbe de la proposition temporelle est toujours à l’imparfait et dans la principale on utilise le passé simple ou le passé composé:
Comme le soir tombait, nous arrivâmes enfin en vue du village.
L’un des verbes expriment une action qui dure, l’autre une action momentanée.
Ex: Comme il sortait, elle entra” (fragment)