Les aides pedagogiques dans l’enseignement du Français


Autor: prof. Chiran Gabriela Aurelia
Liceul Tehnologic «Udrea Băleanu», Băleni-Dâmboviţa

            L’attrait et la facilité d’usage des matériels pédagogiques mis à disposition des enseignants peuvent accroître la motivation et accélérer le processus d’apprentissage.

Les manuels et les outils complémentaires  

Les manuels (souvent appelés à tort « méthodes ») sont des recueils de documents et d’activités de classe qui suivent une progression et se réclament d’une méthodologie donnée. Le choix d’un manuel n’est pas aisé car il doit répondre à la fois aux besoins de l’institution et de l’apprenant ainsi qu’aux critères de l’enseignant.

En approche communicative ou actionnelle, le manuel devrait:

  • présenter une progression rigoureuse réellement liée au Cadre européen commun de références ainsi qu’aux Référentiels de langues ;
  • proposer des activités qui permettent de réaliser des tâches langagières communicatives ;
  • favoriser des échanges entre apprenants ;
  • équilibrer les activités communicatives et les systématisations de points linguistiques ;
  • prévoir des activités de systématisation ;
  • proposer des documents authentiques variés et représentatifs de la réalité socioculturelle des locuteurs de la langue cible ;
  • présenter cette réalité socioculturelle en permettant des comparaisons interculturelles ;
  • proposer des fiches d’auto-estimation et des évaluations de deux types : sommative et formative.

Il est rare qu’un seul manuel satisfasse totalement l’enseignant qui rêve d’une banque informatique riche et variée qui lui permettrait d’imprimer, à la demande, des documents authentiques actualisés, des exercices de systématisation adaptés aux problèmes rencontrés, des exercices de correction phonétique, bref, de pouvoir préparer un cours de façon idéale.

C’est pourquoi les éditeurs proposent du matériel complémentaire dans tous les domaines nécessaires : cahiers d’exercices, activités de classe, jeux, recueils de documents classés par aptitudes langagières (compréhension et expression écrite et orale).

Les supports techniques

Le tableau, noir ou blanc

Qu’il utilise des craies ou des feutres, l’enseignant ne peut pas imaginer la classe sans écrire ou dessiner. La formation initiale s’en préoccupe peu, considérant qu’il n’y a pas lieu de former les futurs enseignants à cette activité. Or, ce qui est écrit au tableau a souvent une valeur absolue : c’est que les apprenants doivent mémoriser, c’est pourquoi ils se précipitent pour noter, avec des fantaisies grammaticales ou lexicales, ce qui est écrit blanc sur noir. Recopier n’est pas fixer, il faut donc revenir sur ce qui a été noté, par des activités de systématisation et de fixation.

Le magnétophone

Le magnétophone permet de faire écouter et comprendre la prononciation de natifs, ainsi que les différents accents régionaux, locaux ou étrangers que les locuteurs produisent de la langue cible.

L’enseignant ne doit pas oublier que le magnétophone a deux fonctions : l’écoute et l’enregistrement. Faute de temps, il n’enregistre que très peu, voire jamais, ses élèves. Or, les enregistrements des productions orales permettent l’exploitation en différé des erreurs de type linguistique ou communicatif. Ils sont également utiles pour mener à bien une correction phonétique.

Le magnétoscope

Il permet l’exploitation de documents vidéo ou d’enregistrements, pour non seulement les faire entendre mais également les donner à voir. L’enseignant peut enregistrer puis faire visionner toutes sortes d’extraits présentant des réalités socioculturelles qui se prêtent à la comparaison ou analyser des situations de communication représentatives de faits culturels. Le premier de tous les exemples est la situation de salutation/ présentation : comment salue-t-on dans le pays des locuteurs de la langue cible, est-ce de la même façon que dans le pays des apprenants, quelles sont les différences? (fragment)